Vivre dans “La maison planète” tient tout son sens dans l’étude du tourisme international. Il s’agit ici d’affirmer que les distances n’ont plus de signification simplement parce que tous les flux touristiques de transport s’accélèrent. Ainsi le monde vous semble vous appartenir et les lieux les plus convoités ne demandent qu’une poignée de patience pour être touchés. Les seuls obstacles qui persistent encore à accéder rapidement votre envol pour aller tout là-bas, sont bâtis par les hommes ; il s’agit de l’obtention du visa. Palper le matin son billet d’avion acquis en quelques minutes, en empruntant la route du “clic”, ne vous rend pas éligible pour vous tremper dans l’eau bleue de la plage de la plus belle île du monde le soir même.
Les démarches faites pour l’obtention d’un visa nous semble aujourd’hui incompressible. Il est tissé par de longs transports, de files d’attente dans une salle bondée, de parcours complexes imposés par la production de pièces complémentaires, de photos, des formulaires, des paiements, de certificats d’assurance, et parfois de documents bancaires. Or, cette réalité est en relation avec des contrôles accrus aux frontières et qui semblent nuire au tourisme mondial. Il y a également un autre corollaire, c’est la croissance des flux de déplacements liés au tourisme dans le monde. Selon les organismes du tourisme, 10% des revenus sont alloués au tourisme. Or, de toute évidence, les demandes de visas congestionnent les administrations consulaires, ceci en est un véritable problème. Il semble qu’une alternative au visa traditionnel apparaisse, et que le timbre sur les passeports sont voués à disparaître puisque nous vivons à l’heure de la dématérialisation de ces procédures, celles qui vous permettent de recevoir votre visa par courriel. C’est l’avènement du visa électronique. En fonction des pays de destination, les démarches varient. Le site Evisa-tourisme.com permet de faire le point sur sa condition et les obligations qui en découlent.

 

Une modernisation qui répond à un besoin

Ceci est une révolution dans l’industrie du tourisme mondial et des affaires. La tendance se met donc à l’électronique. Il faut savoir que la liste des pays qui s’adonnent à cette modernisation de l’administration ne cesse de s’allonger mois après mois. A titre d’exemple, la Tanzanie vient de l’adopter en novembre dernier, quant à la Thaïlande, voilà quelques semaines que cela vient d’être fait. Au-delà du gain de temps qui a rendu caduque les déplacements aux consulats, c’est aussi les longues files d’attentes épargnées à formuler sa demande aux postes frontières des pays qui ne disposent pas toujours de représentations diplomatiques dans le pays de résidence du voyageur. Il faut aussi noter que, contrairement au visa accordé par les autorités consulaires du pays de résidence, le visa électronique ne garantit aucunement l’entrée dans le pays de manière automatique, les autorités de l’immigration pouvant refuser au titulaire du visa dématérialisé d’entrer sur le territoire lors de rares occasions. Toutefois, il marque un progrès incontestable puisque, si les autorités optimisent leurs ressources utilisées pour de telles procédures, il y a un gain de temps dans leur obtention. Trois jours ouvrés sont dorénavant nécessaires pour les obtenir dans votre boîte mail, chez vous ou sur votre téléphone. Surtout cela permet de déverrouiller les contrôles accrus aux frontières pour les titulaires d’un visa touristique électronique. Ceci est incontestablement plus rapide que le courrier postale utilisé pour les demandes classiques.

 

Une avancée qui stimule le tourisme international

Ceci a un effet dopant sur le tourisme international. Un gain de temps qui ne se traduit pas par une hausse des tarifs des visas touristiques électroniques. Le coût reste en moyenne de 35 à 40 USD (c’est-à-dire entre 30 et 40 eur) pour posséder le sésame du voyageur. La dématérialisation des titres de voyage n’a comme objectif que de faciliter d’entrée dans le pays ainsi que les passages aux douanes. Le document qui est à imprimer et à apposer entre deux pages de votre passeport énonce les dates de validité du voyage planifié ainsi que les motifs qui vous sont attribués pour l’entrée dans le territoire du pays. Sur ce plan, il est en tout point similaire avec un visa classique.

Sans doute faut-il préciser que le système électronique de délivrance de visa est le fruit d’une coopération entre international, et que la sécurité des transports de passagers et du flux des personnes impliquées dans le tourisme mondial et les affaires permis de mettre en place cette immense toile tissée entre les gouvernements. Les douanes, ainsi que la police de l’air et des frontières possèdent de manières automatiques et instantanées les moyens de contrôles pour identifier les personnes ciblées par des avis de recherche et enregistrer leurs routes dans une base de données centralisée et accessible aux forces de l’ordre. Ces moyens de contrôle semblent rôder pour accélérer le tourisme international car, de fait, il est mis en place pour faciliter d’entrée dans le pays visité.